La patrie en danger et séances du conseil général des Hautes pyrénées 1793

© rediffusion et reproduction interdite 

La patrie en danger et guerre contre l'Espagne et séances du conseil général es hautes Pyrénées

pour les Pyrénées les espagnols et les émigrés sont prêts à passer la frontiére, il y aura un corps d'armée pour les Pyrénées Orientales et un autre pour les Pyrénées occidentales

 

mars 1793 répartition entre les districts du contingent de 3196 hommes qui doivent être levés pour concourir à la lévée de 300000 hommes ordonnée par le décret du 24 février 1793

le 5 mars 1793, nombre des hommes qui devront être levés dans le département déduction faite de 763,représentant 3 bataillons qui a déja été fournis et les hommes classés dans la marine fixés à 2433 soit pour Tarbes 768,,Bagnéres 258,,pour le district de Vic 269 (petit rappel Castelnau est dans le district de Vic ,,j'ignore encore le nombre de conscrits pour la commune, une centaine certainement ), pour la Neste 605 et pour Argelés 533

le 8 mars 1793 il sera acheté la quantité d'étoffes pour fabriquer les tenues des militaires

le 25 avril 1793, l'agent militaire pour la levée du 24 février sera prévenu que le contingent du département doit être dirigé de suite vers Bayonne sans attendre l'habillement. Le département doit fournir 300 hommes pour former la garde provisoire de la ville de Navarrenx, la répartition des hommes sera fixée à 8 hommes par canton du département , non compris les villes de Tarbes, Vic, Lourdes et Bagnéres qui seront tenues de fournir 8 hommes chacune indépendemment de la levée d'autre 8 hommes qui sera faite dans leur canton respectif. Pour procéder à cette levée les districts au moment de la réception du présent arrêté nommeront des commissaires pour chaque canton. Les commissaires se rendront aussi sans délai aux chef lieu de canton et y convoqueront pour dimanche à l'heure qui paraîtra la plus convenable tous les citoyens composant la garde nationale. Les citoyens assemblés, les commissaires feront lecture de la lettre des représentants de la nation, et de la réquisition du général Serran. Ils ouvriront un registre d'inscription volontaire et si dans l'heure le nombre d'hommes fixé par le canton ne se trouve pas rempli, les commissaires de canton feront choix de ces hommes par la voie du tirage au sort . Cette opération faite le commissaire avertira les citoyens élus qu'ils doivent se rendre au chef lieu de district . Les élus devront être armés d'un fusil et de munitions, pour procurer ces armes aux élus les commissaires sont autorisés à faire les réquisitions nécéssaires aux municipalités du canton de leur choix. Les citoyens élus partiront dès le lendemain pour se rendre à Tarbes.Les districts sont autorisés à faire payer à chaque citoyen 20 sols pour le jour du rassemblement au canton, 20 sols pour le rassemblement au district, et pareille somme pour le jour ou ils se mettront en marche pour se rendre à Tarbes. Les districts sont chargés sous leur responsabilité personnelle de faire conduire d'ici à jeudi au chef lieu du département les chevaux indiqués par l'article 6 de la réquisition du général Serran.Les districts feront retirer de suite les chevaux de luxe qui peuvent se trouver au pouvoir des particuliers, ces chevaux seront conduits à Tarbes à la diligence des districts puis à Auch.

le 4 mai 1793, AN II, Le conseil du département arrête, qu'il sera envoyé des courriers extraordinaires aux districts de Bagnéres, Labarthe et Vic pour leur donner avis que l'Espagnol a pénétré sur le territoire du département du côté de Luz. Les districts sont requis de faire prendre les armes à tous les citoyens et de les faire rassembler dans les chefs lieux qu'ils désigneront pour y attendre les ordres du conseil du département.

même jour 4 mai au matin , le conseil faisant suite à ses précédents arrêtés, et ayant l'avis certain de l'invasion de l'Espagnol , le procureur syndic arrête que les districts de Labarthe et Vic enverront de suite 200 hommes chacun, armés et munis de provision de bouche pour se rendre à Tarbes. Le conseil instruit que les espagnols sont entrés dans la vallée de Barèges et se dirigent vers Luz, considérant que si ils parviennent à s'en emparer ils pourraient par le passage du Tourmalet se porter vers Campan et Bagnéres, considérant encore que le département a déjà envoyé des forces du côté de Lourdes et d'Argeles .

Fausse alerte ;Vu la lettre des administrateurs du district d'Argelés , et celle du maire de Luz de ce jour, desquelles il résulte que l'alarme répandue ce matin est sans fondement et que les espagnols n'ont fait aucune tentative

le 7 mai 1793, le citoyen Perron  qui a été emprisonné et libéré par ordre de Monestier (du Puy-de-Dôme) représentant du peuple . Arrêté que le directoire du district de Vic sera tenu de remettre dans le plus bref délai  entre les mains du citoyen Perron capitaine de la gendarmerie , les sabres et pistolets provenant du désarmement des gens suspects .Le 29 mai; arrêté ;les armes provenant du désarmement des suspects seront transportées à Tarbes .

Le 15 juin 1793 Le conseil général du département considérant que la sureté publique exige que les brigades de gendarmerie qui ont été démembrées par l'effet de la derniére réquisition des généraux et représentants du peuple soient renforcées .Deux gendarmes qui sont en ce moment à Castelnau riviére Basse iront faire leur service un à Vic et l'autre à Rabastens .

Lettre du conseil général des Hautes Pyrénées à la convention nationale 15 juin 1793

 1/4

lettre du conseil général des Hp à la convention

 

lettre du conseil général des hautes Pyrénées à la convention début de la premiére page

Législateurs

Votre devoir est d'entendre la vérité ,les administrateurs du dépt des Hautes Pyrénées vont vous la dire par mon organe.Libres comme l'air qu'ils respirent, fermes comme les monts qu'ils habitent, jamais ils ne courberont leur tête sous le joug d'aucun despotisme, ils ne craignent ni les poignards des assassins , ni les vengences des anarchistes , ils savent tous mourir. Législateurs, les meaux de la patrie sont grands mais ils ne sont pas sans remède. De nombreuses cohortes sont armées contre nous mais les enfants de la liberté ne périront point---etc

 

 

 

 

 

 

Le 16 juins 1793 Le département des Hautes pyrénées fera parvenir sans délai à Pau la quantité de 1200 piques.

le 17 juin 1793 Vu la lettre du général Serran en date du 26 mai ,de laquelle il résulte qu'aussitôt aprés l'armement et équipement du 2 iéme bataillon de la légion des montagnes, les 300 gardes nationaux requis par la garde de Navarrens seront renvoyés au département .

le 21 juin 1793, les municipalités feront conduire au chef lieu du département tous les prêtres de leur arrondissement sujets à la déportation ou à la réclusion, ce même jour 21 juin 1793 adjudication au rabais du transport au dépôt de Vic des foins et pailles qui se trouvent  dans la maison ayant appartenue à mr Tauzia émigré de Villefranque, le conseil déclare qu'il est urgent de vider les granges de cette maison. (la famille Tauzia habite le château de Villefranque, descendants de la famille de Mondegourat et Feragut)

suivant l'arrêté du 23 avril 1793 il ne sera laissé qu'une seule cloche par commune, les autres seront descendues le métal servira à la fabrication des canons

le 11 août  1793, réquisitions des cordonniers du département pour le service des armées ; 2 cordonniers de Castelnau riviére Basse iront pendant deux décadis travailler pour la patrie à Tarbes

 

                                                                 vivre libre ou mourir

 

________________________________________________________________________________________________

Le 27 novembre 1793 Le citoyen Dupleix Berdolon de Castelnau Riviére Basse envoie une pétition au conseil général des Hautes Pyrénées, il demande le paiement concernant le loyer de sa maison destinée au logement du gendarme .

Le 27 novembre 1793 district de Vic séance du conseil général des H-P ;Les bataillons de la levée en masse qui ont été renvoyés pour l'ensemencement des terres devront être rassemblés au chef lieu du district.

le 3 frimaire AN III (23 novembre 1794) réquisition du froment dans le canton de Castelnau Riviére Basse


L'admistration du district de vic;appel aux jeunes gens

Registre de l'administration du District le 3 pluviôse AN III ou 22 janvier 1795

L'administration voulant mettre en éxécution l'article 4 de la loi du 11 nivôse (5 janvier 1795),reçu par courrier,concernant l'établissement de l'organisation d'écoles révolutionnaires de navigation et de canonnage maritime .L'agent national arrête que les citoyens de l'âge de 15 à 19 ans de ce district sont appelés pour profiter de l'instruction navale révolutionnaire, et seront choisis par l'agent national les jeunes citoyens qui se seront inscrits sur le registre.

le 16 ventôse AN III (6 mars 1795)

L'administration instruite par le citoyen labat officier délégué dans ce district et chargé d'assurer la rentrée des volontaires et jeunes gens de la réquisition et que le 21 du mois courant il devrait procéder à la revue générale de 200 volontaires dans le chef lieu du District

Lettres du commissaire de guerre au District de Vic

le 26 Germinal AN IV ou 15 avril 1796 Lettre de Auguste Picot-Belloc commissaire des guerres

IL écrit à l'administration de Vic ;Citoyen ,vous voudrez bien faire à fournir le logement à un adjudant général chef de bataillon à 6 officiers et à 177 sous-officiers et soldats

Le 29 germinal AN IV (18 avril 1796) lettre du commissaire de guerre Auguste Picot-Belloc à l'administration

Ordre d' assurer le logement aux 6 officiers, et à 100 sous-officiers et soldats d'un détachement de la demi brigade de Haute-Saône allant à Maubourguet et Castelnau Riviére basse, le fourrage est également à fournir pour les 8 chevaux d'artillerie, de même que le logement aux trois conducteurs d'artillerie conduisant un obusier et son caisson.

Lettre du 19 floréal (8 mai 1796)

L'adjudant général Nogués ainsi que la troupe qu'il commande passera à Vic le 21 ou 22 ,ordre de pourvoir au logement pour cette étape

Lettre de Dintran, commissaire de guerre à l'administration du district de Vic, le 17 nivôse AN VI

Il écrit ; Vous avez reçu comme moi citoyens administrateurs la loi du 11 Brumaire dernier, elle vous a été transmise par l'administration centrale du département avec l'arrêté du directoire exécutif du 5 Frimaire et la lettre du ministre de la guerre du 9 du même mois ,vous avez du lire les obligations que cette loi vous impose et particuliérement l'article 4 de l'arrêté du directoire ,comment se fait'il donc que le 17 Nivôse pas une administration de canton ne m'ait envoyé le tableau de militaires bléssés qui ont droit aux secours que la loi leur accorde,et j'ignore le motif de ce retard---Veuillez donc citoyens administrateurs presser la confection des tableaux que vous devez m'adresser.

Le 16 FloréAl AN VII ou 5 mai 1799 Complément de contingent pour le canton de Castelnau Riviére Basse

Séance de l'administration du département des Hautes Pyrénées du 26 Floréal AN VII :président Vignola ,Laborde,Bordenave, Gertoux administrateurs .Ce 26 Floréal suivant l'instruction du ministre de la guerre ,l'administration départementale fait un tableau des conscrits de 2 iéme et 3 iéme classe du canton de Castelnau Riviére Basse ,pour un complément du contingent ,ils mettent dans une urne 69 billets contenant le nom des jeunes gens pour faire un tirage au sort pour désigner 4 nouveaux conscrits . Pour le district de Vic un total de 14 conscrits seront tirés au sort .

Liste des conscrits de 2 iéme et 3 iéme classe du canton de Castelnau sur qui le sort est tombé pour le complément du contigent à fournir en éxécution de la loi du 28 germinal AN VII : Bernard Duviau de Madiran 3 iéme classe n° 20, Jean Antoine Biales de Héres 2 iéme classe N°30, Martin Lalanne Guechette de Soublecause 3 iéme classe n°26, Pierre Bruzon Soubireau de Soublecause 2 iéme classe N° 34.

Lettre du commissaire du gouvernement aux communes des cantons

Tarbes le 4 Germinal AN VIII (25 mars 1800)

copie de la lettre du ministre de la plolice

 Citoyens ,le ministre de la police générale les instruit que plusieurs émigrés Français font des tentatives pour entrer en France par l'Espagne ,et qu'il y a de ces hommes qui trouvent le moyen de s'y introduire en achetant les passeports accordés aux marins qui aprés avoir été faits prisonniers par les Anglais ,sont ensuite mis à terre dans les différents ports de l'Espagne .

Je m'empresse ,citoyens de vous rendre connaissance de ce fait afin que vous preniez sur le champ de nouvelles mesures de surveillance convenables--

                                     

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×